Loading site
Fond ecran 0001 1024 768

Concerts & Festival Musica Nigella

Réseau des festivals en Côte d'Opale / Région Nord Pas-de-Calais

Logo J et B

17 ans d'organisation de concerts

à travers la France

Euphonie, association organisatrice de Musica Nigella a été créée en 1996 à Paris avant de s'installer en 1999 en Côte d'Opale. Découvrez l'histoire des fondateurs passionnés qui ont su créer un haut lieu de culture dans un village verdoyant du Pas-de-Calais.

1

d'Euphonie à Musica Nigella

Naissance d’un haut lieu de musique classique en Côte d'Opale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Association Euphonie a vu le jour en janvier 1996 créée par des mélomanes avertis réunis autour d'Olivier Carreau. Leur programmation s'est naturellement tournée vers les jeunes musiciens, lauréats des Conservatoires de Paris et de Lyon qui, malgré leurs premiers prix en poche, ont du mal à se faire connaître dans le monde musical.

 

Pour superviser la programmation et partir à la recherche d’autres talents prometteurs, l’association fait rapidement appel à Takénori Némoto, jeune corniste japonais qui venait d’avoir son premier prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il devient par la suite le directeur artistique de l’association.

 

Euphonie a organisé, de 1996 à 2000, plus de 60 concerts essentiellement à Paris et en région parisienne où « l'oreille experte » de Takénori Némoto a permis à l’association de programmer les jeunes talents qui sont devenus quelques années plus tard les artistes incontournables du monde musical français.

 

On peut citer parmi eux Emmanuelle Bertrand (violoncelliste / Victoire de la Musique 2001), Cédric Tiberghien (Pianiste / Lauréat du Concours Long-Thibault 1998), Quatuor Diotima (Quatuor à cordes / Diapason d’Or 2004), Hidéki Nagano (Pianiste / Soliste de l’Ensemble Intercontemporain), David Galoustov (Violoniste / Lauréat de la Fondation Natexis 2001), Vincent David (Saxophoniste / Lauréat du Concours International de Genève 1995), Dana Ciocarlie (Lauréate du Concours Schumann) etc.

 

Puis, après avoir eu plusieurs déceptions dans les grandes salles de concert où malgré l’acoustique réputée, le public était trop éloigné des interprètes même si ces derniers montraient leur grande qualité artistique, l'idée de créer un nouveau lieu dans un petit village du Pas-de-Calais a germé dans la tête d'Olivier Carreau. Mais « Comment créer un cadre idéal pour écouter la musique de chambre ? ».

 

Le projet de couvrir la cour de sa maison - une fermette typiquement picarde - est venue après le Week-end Musical en Côte d’Opale, la première manifestation culturelle qu'Euphonie a organisé en 1999 en l’église de Tigny-Noyelle et à l’actuel emplacement du Salon où cette fameuse cour a été couverte par un chapiteau loué à l’occasion. L’atmosphère était sympathique et chaleureuse mais un léger bruit de la pluie ponctuait parfois les lieders de Schubert…  Alors pourquoi ne pas construire un toit en dur ?

 

Après quelques projets proposés par plusieurs architectes allant d’un simple toit amovible en PVC à une gigantesque verrière en passant par une structure en aluminium en forme d’ovni, Olivier Carreau a finalement opté pour un projet de Frédéric Lejeune, dont l’esthétique s’intégrait bien à la maison principale et à l’environnement du village.

 

Après quelques difficultés administratives rencontrées pour la mise en norme de l’accueil du public, il réalise enfin en 2005 son rêve de plusieurs années. Un haut lieu de rendez-vous musical pour les mélomanes de la région est né.

 

Le domaine est également en perpétuel avancement avec l’aménagement de ses jardins commencé en 2006 où un véritable jardin japonais et son pavillon de thé ont été inaugurés le vendredi 22 mai 2009 en présence des personnalités officielles, au cours du 4ème Festival Musica Nigella qui avait comme thème Rêves d'Asie.

 

Bien que ce lieu n’ait rien d’élitiste et qu’il soit accessible pour tous ceux qui souhaitent vivre un véritable moment de partage, la notion du « Salon » freinait parfois les nouveaux publics qui n’osaient pas franchir le pas. Que faire ? Olivier Carreau a eu l’idée de décentraliser quelques concerts d’abord au Musée d’Opale-Sud grâce à son conservateur Georges Dilly, un fidèle auditeur du salon, ensuite dans 2 autres lieux des communes environnantes tout en gardant le cœur du festival dans son salon. Une manière de réconcilier l’idée du départ d’offrir un lieu intimiste pour écouter la musique de chambre et celle de rendre accessible ces manifestations culturelles de qualité au plus grand nombre de mélomanes.